De quoi s'agit-il?
 
Définition actualisée de la dysphasie selon l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (2004) :
 
« Trouble primaire du langage, dans les sphères expressive ou expressive et réceptive, qui s’observe par des atteintes variables affectant le développement de plus d’une composante du langage :
 

  •     Phonologie

  •     Morphologie

  •     Syntaxe

  •     Sémantique

  •     Pragmatique

 
En plus d’une hétérogénéité des manifestations de ce trouble d’un individu à l’autre, il se caractérise, chez un même individu, par sa persistance, la variabilité du portrait clinique dans le temps, de même que par une forte probabilité qu’il y ait peu d’évolution sans intervention.
 
La dysphasie est souvent accompagnée d’autres signes et peut aussi, coexister avec d’autres déficiences.
 
La dysphasie a des répercussions qui peuvent entraver le développement et le fonctionnement de l’individu sur les plans personnel, social, scolaire et professionnel.
 

Par conséquent, la dysphasie engendre des situations de handicap et des préjudices variables pour l’individu et son entourage selon les circonstances et à tous les âges de la vie. »
 
 
Caractéristiques
 
Les enfants dysphasiques peuvent présenter certaines ou plusieurs des caractéristiques suivantes :
  •     Compréhension diminuée considérant l’âge chronologique

  •     Difficulté à évoquer des mots et à dénommer des objets

  •     Utilisation de moyens de communication compensatoires (p.ex. gestes, onomatopées)

  •     Structures syntaxiques primitives

  •     Erreurs morphologiques qui ne sont pas typiques d’après l’âge chronologique (p.ex. emploie le pronom « Moi » plutôt que le pronom « Je » à l'âge de cinq ans)

  •     Difficultés au niveau de l’articulation/ la phonologie

  •     Faible organisation du discours

  •     Écart important entre les habiletés verbales et les habiletés non verbales, à la faveur de ces dernières

  •     Atteinte de la mémoire de travail à court terme

  •     Réticence face aux changements d’horaire

 
De plus, les enfants dysphasiques peuvent également présenter les troubles suivants :
  •     Trouble d’abstraction (il comprend mieux ce qu’il peut voir et toucher)

  •     Trouble de la généralisation (l’apprentissage de concepts dans un contexte donné ne se généralise pas nécessairement à d’autres situations)

  •     Trouble de la perception du temps (il comprend et exprime difficilement les notions faisant appel au temps, à la durée et à la séquence)

 
 

Comment pouvons-nous vous aider?
 
- phonologie (les sons et leur organisation à l'intérieur des mots)
- sémantique (le vocabulaire, la signification des mots)
- morphologie (les marques grammaticales modifiant les mots)
- syntaxe (l’organisation des mots dans la phrase)
- pragmatique (l’utilisation du langage de façon fonctionnelle et adaptée)
- En établissant les composantes du langage qui sont atteintes.
- En relevant les antécédents familiaux pertinents.
- En étudiant les résultats des évaluations complémentaires (p.ex. en psychologie, neuropsychologie, audiologie, ergothérapie, physiothérapie, etc.) le cas échéant.
- En documentant les progrès observés lors de l’intervention en orthophonie, afin d’évaluer s’il y a persistance du problème.

  •     En évaluant les composantes suivantes du langage, sur les plans réceptif et expressif :

  •     En adoptant une démarche diagnostique afin de déterminer s’il y a présence d’une dysphasie ou si l’enfant est à risque de présenter une dysphasie:

  •     En recommandant des mesures adaptatives en salle de classe, le cas échéant.

  •     En ciblant des objectifs d’intervention qui sont réalisables et fonctionnels et qui tiennent compte des forces, des faiblesses et des besoins de l’individu.

  •     En offrant à l’individu ou à ses parents des stratégies et des exercices pour travailler les différentes composantes du langage qui sont atteintes.

  •     En créant une atmosphère chaleureuse, motivante et encourageante afin de maximiser la participation  et l’engagement de l’individu.

 
 

Références
BUISSIÈRE, S. (2000). La dysphasie – Conseils pratiques, Institut de réadaptation en déficience physique de Québec.
CHEVRIE-MULLER, C., NARBONA, J. (2000). Le langage de l’enfant – aspects normaux et pathologiques, Paris, Masson.
LUSSIER, F., FLESSAS, J. (2001). Neuropsychologie de l’enfant, Paris, Dunod.
Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec. (2004). Guide et outils cliniques – Trouble primaire du langage/Dysphasie
www.aqeta.qc.ca
www.coridys.asso.fr
www.dysphasie.qc.ca
www.ooaq.qc.ca