De quoi s’agit-il ?


Définition de la dyslexie (de nature exclusive) selon la fédération «  World Federation of Neurology » (1968)

  •  Trouble de l’apprentissage de la lecture survenant en dépit d’une intelligence normale, d’une instruction adéquate, d’une bonne acuité auditive et visuelle ainsi que de stimulations culturelles suffisantes.


 Définition de la dyslexie (de nature inclusive) adoptée par le « International Dyslexia Association » en novembre 2002

  •  Trouble spécifique d’apprentissage d’origine neurologique caractérisé par une difficulté d’identification du mot écrit exacte et/ou fluente, par une pauvre orthographe et par de pauvres habiletés de décodage. Ces difficultés résultent typiquement d’un déficit au niveau de la composante phonologique du langage, déficit qui est inattendu étant donné les habiletés cognitives de l’individu et l’instruction efficace offerte en salle de classe. De façon secondaire, des difficultés peuvent survenir au niveau de la compréhension de texte. De plus, de façon secondaire, l’individu pourrait vivre une expérience limitée en lecture, entravant ainsi le développement de son vocabulaire et de ses connaissances.


Caractéristiques


Les caractéristiques énumérées ci-dessous (tirées de l’ouvrage de Shaywitz, 2005) ont été retrouvées chez certains enfants et adultes éprouvant des problèmes de lecture. La présence de plusieurs caractéristiques parmi celles-ci chez un individu donné pourrait suggérer qu’il soit à risque de présenter une dyslexie-dysorthographie et pourrait alors motiver l’obtention d’une évaluation orthophonique sur le plan du langage écrit.


Chez l’enfant de la maternelle ou en première année :

  •     Difficulté à apprendre le nom des lettres de l’alphabet

  •     Ne connaît pas les lettres de son prénom

  •     Difficulté à associer les lettres avec leurs sons correspondants

  •     Problèmes d’articulation

  •     Se plaint que la lecture est difficile ou évite la lecture

  •     Historique de problèmes de lecture dans la famille immédiate

  •     Ne parvient pas à lire des mots simples à une syllabe

  •     Erreurs de lecture qui n’ont aucun lien avec le son des lettres (p.ex. « gros » est lu « chat »)



Chez l’enfant, à partir de la deuxième année:

  •     Erreurs de prononciation de mots longs ou compliqués

  •     Difficulté à trouver le mot juste et confusions de mots qui ont une sonorité semblable, à l'oral (p.ex. dire  « jour » pour « rouge » et « humanité » pour « humidité »)

  •     Difficulté à lire des mots nouveaux, non familiers (l’enfant fait plusieurs essais pour deviner le mot plutôt que d’essayer de le décoder un son à la fois)

  •     Difficulté à lire les petits mots fonctionnels (p.ex. « à, et, ça, dans »)

  •     Grande peur et évitement de la lecture à voix haute

  •     Lecture à voix haute qui contient de nombreuses substitutions, omissions et erreurs de prononciation

  •     Lecture à voix haute qui est saccadée et laborieuse

  •     Une meilleure performance à lire à comprendre les mots en contexte qu’à lire des mots  isolés.

  •     De nombreuses erreurs d’orthographe

  •     Lecture lente et exigeante

  •     Difficulté extrême à apprendre une langue seconde



Chez l’adolescent ou l’adulte:

  •     Erreurs de prononciation de mots longs ou compliqués

  •     Difficulté à se souvenir des noms de personnes ou d’endroits et confusions de noms qui ont une prononciation similaire

  •     Difficulté à trouver le mot juste

  •     Rapporte des difficultés d’apprentissage de la lecture et de l’orthographe à l’enfance

  •     L’identification de mots devient plus exacte avec le temps, mais requiert encore beaucoup d’effort

  •     Lecture lente et laborieuse d’ouvrages divers (p.ex. livres, revues, recettes, guides d’utilisation, films sous-titrés, etc.)

  •     Passe un temps excessif à accomplir les lectures nécessaires pour ses études ou pour son travail

  •     Préférence pour les livres avec beaucoup de graphiques, de figures ou d’images

  •     Préférence pour les livres ayant peu de mots sur les pages

  •     Manque d’intérêt pour la lecture de détente

  •     Erreurs d’orthographe nombreuses ; préférence pour les mots qui sont plus simples à orthographier


Comment pouvons-nous vous aider?

  • En déterminant s’il y a présence ou non d’une dyslexie-dysorthographie ou si l’enfant est à risque de présenter une dyslexie-dysorthographie, ainsi qu'en précisant la nature de la dyslexie-dysorthographie (atteinte à la voie d’assemblage, à la voie d’adressage ou atteinte mixte).

          - En  évaluant la lecture, l’orthographe et les habiletés sous-jacentes ou connexes à l’apprentissage du langage écrit (p.ex. le langage oral, la conscience phonologique, la mémoire verbale, l'organisation de la chaîne des phonèmes, l'accès lexical, etc.).
          - En étudiant les résultats des évaluations complémentaires (en orthopégagogie, psychologie, neuropsychologie, etc.) s’il y a lieu.

  • En recommandant des mesures adaptatives en salle de classe ou l’emploi d’aides techniques, le cas échéant.  En informant et en  accompagnant les parents si des demandes sont appropriées.

  • En offrant des stratégies et des exercices pour travailler soit la voie d’assemblage, la voie d’adressage ou les deux voies, selon les besoins. En accompagnant l’individu dans son apprentissage des aides techniques, le cas échéant.



Références
CHEVRIE-MULLER, C., NARBONA, J. (2000). Le langage de l’enfant – aspects normaux et pathologiques, Paris, Masson.
LUSSIER, F., FLESSAS, J. (2001). Neuropsychologie de l’enfant, Paris, Dunod.
SHAYWITZ, S. (2005). Overcoming Dyslexia, New York, Vintage Books.
www.aqeta.qc.ca
www.avko.org
www.coridys.asso.fr
www.interdys.org